Jeu d’acteurs

Corps et gestes au cinéma

Comment aborder les films à partir du jeu de l’acteur, cet art si singulier du corps et des gestes au cinéma ? Cet ouvrage présente une série d’analyses de stratégies gestuelles et formes d’expression corporelles puisées au sein de différents genres cinématographiques chez des stars ou des acteurs moins connus, d’hier et d’aujourd’hui.

Comment aborder les films à partir du jeu de l’acteur, cet art si singulier du corps et des gestes au cinéma ?
De la gestique transgressive de Greta Garbo à la gestuaire subversive de Marlon Brando ; de la neutralité de Tadanobu Asano à la volubilité d’Emmanuelle Devos ; de l’histrionisme de Johnny Depp au jeu de dos de Wu Nien-jen ; de la fossette de Stephen Boyd à celle plus “exposée” de Cary Grant ; des cris de Fay Wray aux larmes de Stefania Sandrelli ; de la “féline” Sigourney Weaver à la “louve” Anna Magnani…

Ce volume présente une série d’études actorales, analyses ontologiques et stylistiques de certaines stratégies gestuelles et formes d’expression corporelles puisées dans un corpus éclectique, au sein de différents genres et à l’intérieur de cinématographies aussi bien occidentales qu’asiatiques, à l’échelle de longues filmographies ou au cœur d’un seul film, chez des stars ou des acteurs moins connus, d’hier et d’aujourd’hui.

Introduction
Christophe Damour – Le cinéma à partir de l’acteur.

Ontologie de l’acteur cinématographique
Vincent Amiel – Marlon Brando, et la cape de Balzac ;
Nicole Brenez – Sommes-nous les acteurs de notre propre vie ? Remarques sur l’acteur expérimental.

Stars et acteurs
Michel Cieutat – Petite chronique d’un talent contrarié : le cas Stephen Boyd ;
Christian Viviani – Anna Magnani, l’actrice louve ;
Sophie Benoist – Un mimétisme décomplexé : Johnny Depp dans Las Vegas parano ;
Patrick Saffar – Cary Grant : un acteur qui s’expose.

Jeu et genre(s)
Laurent Guido – Mimique à la Scream Queen : Fay Wray et les canons gestuels de l’horreur au cinéma ;
Myriam Juan – Greta Garbo à Hollywood : une actrice d’un nouveau genre ;
Hélène Valmary – Toutes des catwomen. Dualité et félinité aux origines actorales de l’héroïne d’action.

Visages
Benjamin Thomas – Une atonie expressive : Tadanobu Asano ;
Esther Hallé – L’inexpressivité du visage de Stefania Sandrelli : un masque entre comédie et mélodrame (1961-1965) ;
Yola Le Caïnec – Emmanuelle Devos, beaucoup de visage. Essai d’analyse de la présence écranique d’une actrice française ;
Aurore Fossard-De Almeida – Le dos comme lieu d’encaissement. Yi-Yi (Edward Yang, 2000).

Première édition
Langue : français
Nombre de page : 208
Dimensions (Lxl) : 24 x 16.5 cm
CLIL : 3689 - Cinéma
BISAC : ART057000
THEMA : AFKV, AT, ATF, et DNP

23,00  TTC

Sous la direction de : Damour Christophe
Thématique(s) :
Mots clefs : , , , ,
Date de parution : 18/10/2016
Nombre de pages : 208
EAN : 9782868209573

Voir également

Du noir dont procèdent les figures

Du noir dont procèdent les figures

Barrès Patrick et Lécole Solnychkine Sophie
Une réflexion interdisciplinaire  sur les utilisations et les enjeux esthétiques du noir au cinéma.    
Découpes du chanbara

Découpes du chanbara

Motifs, mythes et modernités du film de sabre japonais
Bréhinier Morgan, Daniellou Simon, et Kernec’h Yannick
Réunissant des contributeurs de divers horizons, l’ouvrage croise les approches esthétique, historico-culturelle et idéologique sur un cinéma lui-même exigeant et populaire : le chanbara [film de sabre japonais].
Corpo celeste

Corpo celeste

La théologie critique d'Alice Rohrwacher
Premier long-métrage d'Alice Rohrwacher, Corpo celeste (2011) dresse le portrait d'une petite ville de Calabre et la survivance du christianisme disparaissant dans un monde sans dieu. Le livre cherche à comprendre, sur le plan de l'analyse cinématographique, ce qu’un projet d’auteur doit à la vaste et savante littérature théologique qu’il mobilise.
Fatima de Philippe Faucon

Fatima de Philippe Faucon

Scènes de la vie éthique
Ce livre ne fait pas de « Fatima » de Philippe Faucon un prétexte pour réparer un tort ou relancer une polémique. Il propose au contraire de dégager la force politique et la singulière beauté d'un film qui s'est donné pour tâche de rapprocher la vie et l'art et invite à relire « Fatima » à partir d'un dehors philosophique.

Inscrivez-vous
pour être tenu informé de notre actualité et de nos parutions

Nous ne spammons pas !
Consultez notre politique de confidentialité
pour plus d’informations.