PUS, Presses universitaires de Strasbourg

http://pus.unistra.fr/fr/livre/?GCOI=28682100528420
La politique russe de Bismarck et l'unification allemande
Titre La politique russe de Bismarck et l'unification allemande
Sous-titre Mythe fondateur et réalités politiques
Édition Première édition
Partie du titre Numéro 14
Prix Prix de thèse Pierre Grappin 2008
Éditeur Presses universitaires de Strasbourg
Public visé 05 Enseignement supérieur
Date de première publication du titre 25 mars 2010
Avec Index ; Bibliographie


Support Livre broché
Nb de pages 504 p. Index . Bibliographie .
ISBN-10 2-86820-406-6
ISBN-13 978-2-86820-406-6
GTIN13 (EAN13) 9782868204066
Référence
Date de publication 29 mars 2010
Nombre de pages de contenu principal 504
Illustrations 24 Illustrations
Format 16,5 x 23,5 x 3 cm
Poids 902 gr
Prix 36,00 €
 

Description

Avec la chute du Mur et le libre accès aux archives en Allemagne et en Europe de l'Est, l'historien peut enfin relire l'histoire de l'unité allemande, figée jusqu'ici dans l'encre des vulgates nationalistes nées de part et d'autre du Rhin à la fin du 19e siècle.
En reprenant le schéma que livre dans ses mémoires le principal artisan de l'unité, le ministre Otto von Bismarck, ces vulgates avaient pour mérite de tracer un plan efficace où les uns pouvaient lire son génie lumineux, les autres accuser le noir dessein du Prussien et la faillite du Second Empire. Ce plan quel est-il ? C'est l'idée que la Prusse a pu réaliser l'unification allemande grâce à la « neutralité bienveillante » russe dans les guerres successives des années 1860.
Grâce à une remarquable maîtrise des sources des deux parties et à l'exploitation d'archives russes inédites, notamment le fameux fonds Gortchakov, Stéphanie Burgaud compose un tableau inattendu de la politique extérieure tsariste, en précisant les relations entre pouvoir, opinion et nationalisme. Elle révise aussi la place de la Russie dans les stratégies bismarckiennes, moins maîtrisées que l'on a coutume de croire et dont l'alliance russe ne se révèle nullement le principe organisateur.
Stéphanie Burgaud ouvre ainsi des perspectives de recherche sur la notion allemande d'Ostpolitik où se mêlent et se confrontent impératifs politiques, histoire officielle et mémoire collective.

Sommaire

INTRODUCTION

PREMIÈRE PARTIE – 1863 : UN « COUP DIPLOMATIQUE » FONDATEUR?

I – La convention Alvensleben
II – Un échec multiforme en février
III – Mars-septembre 1863 : le renversement de situation, œuvre de la diplomatie bismarckienne ?

DEUXIÈME PARTIE – BISMARCK ET LA « NEUTRALITÉ MALVEILLANTE » RUSSE, 1864-1866

IV – Réévaluer le rôle de la Russie dans le premier succès prussien
V – Les choix « anti-russes » de la Prusse
VI – Le prix à payer : la malveillance russe (avril-juillet 1866)

TROISIÈME PARTIE – LES CHANCES DE LA COOPÉRATION PRUSSO-RUSSE, 1866-1871

VII – Août 1866-mars 1868 : une redéfinition des rapports prusso-russes ?
VIII – Mars 1868-juillet 1870 : la Russie condamnée à soutenir la Prusse ?
IX – Août 1870-mars 1871 : des succès prusso-russes ?