L'ontologie de la langue chez le dernier Heidegger

L'ontologie de la langue chez le dernier Heidegger

Date de parution : juil. 2010

Chez le dernier Heidegger l'ontologie devient onto-logie : la problématique de l'être se déplace vers celle du dire de l'être. Plusieurs auteurs ont parlé d'« ontologie de la langue » à propos de cette évolution de sa philosophie. Ce constat est fait de longue date par l'exégèse heideggerienne, exégèse qui se résigne pourtant souvent à mentionner, voire à pasticher sans les expliciter les « jeux langagiers gratuits » du philosophe, son retrait dans la poésie devenue « Maison de l'Être ». Tout au plus l'exégèse à coloration linguistique glose-t-elle de manière assez laconique sur quelques syntagmes isolés ou certaines particularités scripturales comme la fameuse « biffure » de l'Être.
Nous avons cherché pour notre part à aborder d'une autre manière la pensée (et l'écriture) du dernier Heidegger, et, à vrai dire, par le biais d'un texte qui nous semble incarner au plus près l'« ontologie de la langue », un texte que nous avons scruté sous toutes ses coutures, parce que nous étions convaincu que Heidegger lui aussi l'avait ouvragé sous toutes ses coutures, pour lui faire dire, pour lui faire montrer ce qui est a priori philosophiquement indicible : l'ouverture de l'étant à son être.






Suggestions

SCOLIA n°10/1997
Rencontres linguistiques en pays rhénan 8
Lucien Kupferman, Georges-Elia Sarfati

Thématique

Philosophie : Philosophie du langage
Philosophie : Philosophie du XXe s.
Linguistique

Suivez-nous