Le roman français au 16e siècle ou le renouveau d'un genre dans le contexte européen

Le roman français au 16e siècle ou le renouveau d'un genre dans le contexte européen

Édité par Michèle Clément, Pascale Mounier
Date de parution : janv. 2005
Collection - Europes littéraires

Les auteurs du 16e siècle sont réticents à parler de roman, catégorie honnie des milieux humanistes ; des préjugés liés à notre époque nous empêchent par ailleurs d’attribuer le nom de roman à des œuvres qui échappent aux critères normatifs établis aux 19e et 20e siècles. On peut néanmoins repérer bien des pratiques attestant de la vitalité du genre dans la production du 16e siècle : d’un côté, la réédition ou le remaniement des vieux romans de chevalerie ; de l’autre, la traduction de textes de l’Antiquité ou issus de sources contemporaines, italiennes et espagnoles. On se doit de prendre en compte également la veine créative qui, des chroniques rabelaisiennes aux romans verviliens — en passant par les œuvres d’Hélisenne de Crenne, Guillaume des Autels, Nicolas Denisot ou Martin Fumée —, cherche à explorer les nouvelles voies du récit. Et ceci bien avant que s’annoncent la vague et la vogue des romans d’amours tragiques ou encore qu’apparaissent les romans-phares de l’époque moderne : Don Quichotte ou L’astrée






Suggestions

Yves Bonnefoy. Poésie et dialogue
Michèle Finck, Patrick Werly

Thématique

Littérature : Littérature - XVIe s.

Suivez-nous