La perte des mots

La perte des mots

Essai sur la naissance de la "littérature" aux 16e et 17e siècles
Date de parution : janv. 1990

Esquisse de quelques-uns des rapports que l'invention des textes, à partir du 16e siècle, entretint avec les arts de l'image. L'auteur pense que ce qu'on nommera “littérature” à partir du 18e siècle doit sa spécificité au fait que les mots n'eurent d'existence légitime que dans la mesure où ils durent produire du donné-à-voir. En effet, la valeur de l'allégorie médiévale change de sens et la valeur accordée aux représentations figurées, de nature. Il se constitue une sorte d'illusion représentative qui fait croire que la vérité est inscrite dans l'image, au-delà des mots qui n'en seraient que le pis-aller.






Suggestions

Émile Goichot historien de la spiritualité
François-Xavier Cuche, François Trémolières

Thématique

Littérature : Littérature - XVIe s.
Littérature : Littérature - XVIIe s.

Suivez-nous