Revue des sciences sociales n°63/2020

Enfants. Contraintes et pouvoir d'agir

Les enfants sont reconnus au niveau international pour le droit à être acteurs de leur existence. Cette perspective s'est diffusée dans les chartes nationales, les pratiques éducatives, les institutions médicales et dans les sciences sociales. Pourtant, cette reconnaissance entre en tension avec des institutions produites avant tout par les adultes et avec des représentations multiples qui considèrent les enfants comme subordonnés, vulnérables voire dangereux. Ce numéro aborde les enjeux et les limites de la notion d’enfant acteur. Les articles présentent autant des lieux où les enfants peuvent être entendus et agir que des systèmes plus restrictifs dans des contextes de soins, dans les espaces publics ou éducatifs.

Nicoletta Diasio

Nicoletta Diasio est professeure de sociologie à l'Université de Strasbourg, membre de l'Institut Universitaire de France et de l’UMR 7367 Dynamiques européennes, où elle dirige la thématique « Corps et dynamiques conflictuelles ». Elle est la responsable scientifique de la Revue des sciences sociales. Son dernier ouvrage, dirigé avec Virginie Vinel, est Corps et préadolescence. Intime, privé, public, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.


Collaborations intellectuelles ou scientifiques :

François Steudler, sociologue de la santé
Nicoletta Diasio, Philippe Hamman, Pascal Hintermeyer
Ce recueil réunit les contributions majeures de François Steudler, une présentation de son parcours et sa bibliographie, afin de les rendre accessibles aux chercheurs, aux étudiants, et aux professionnels de la santé.



Revue des sciences sociales n° 51/2014
La préadolescence existe-t-elle ?
Nicoletta Diasio, Virginie Vinel
À un moment où de nombreux débats scientifiques soulèvent la question d'une entrée précoce dans l'adolescence et évoquent une reconfiguration des âges de la vie, ce numéro de la Revue des sciences sociales interroge le succès du terme « préadolescence...



Revue des sciences sociales n° 44/2010
La construction de l'oubli
Nicoletta Diasio, Klaus Wieland
Processus sélectif et dynamique, l'oubli s'élabore dans une tension entre effacement et conservation. Tout comme la mémoire, il résulte d'une construction sociale, il est le produit d’une relation spécifique au passé, participe des multiples...



Revue des sciences sociales n° 41/2009
Désirs de famille, désirs d'enfant
Nicoletta Diasio
La famille est un lieu privilégié d'appartenance, de transmission et de socialisation qui agit comme une chambre d'écho formidable de tous les grands changements de société. Elle connaît aujourd’hui une évolution paradoxale : les formes d’alliances...



Revue des sciences sociales n° 32/2004
La nuit
Nicoletta Diasio, Patrick Ténoudji
L'opposition jour-nuit définit une frontière à la fois réelle et symbolique entre la lumière et l'obscurité, l'activité et l'immobilité, le travail et les plaisirs. Depuis l'invention du réverbère et de l'électricité, l'industrialisation et...



Revue des sciences sociales n° 62/2019
Transmettre des places au travail
Dominique Jacques-Jouvenot, Florent Schepens
Ce numéro souhaite montrer comment l'acte de transmettre, dans le monde du travail, s'organise dans un processus aux formes mouvantes mais respectant certains mécanismes – désignation et habilitation – afin de tenter de se prémunir des échecs de la transmission.



Revue des sciences sociales n° 59/2018
Performances du paraître
Eva Carpigo
Le dossier est consacré aux enjeux performatifs qui engagent l'apparence du corps. Placée au cœur des interactions humaines, l'apparence corporelle est un élément fondamental de la vie sociale. Si paraître signifie exister dans le regard de l'autre, modifier, détourner ou défier les codes de l'apparence nous situe comme des acteurs dans la société.